Chaque saison vient apporter des couleurs et des ambiances différentes à nos voyages. J’ai découvert les Alpes Japonaises en automne et c’était une merveille pour les yeux. Les ginkos et les érables tapissaient les paysages, les couleurs étaient flamboyantes, c’est un itinéraire magnifique que je dois vous partager, au cœur de la préfecture de Gifu.

Vous pouvez consulter la carte en cliquant sur l’image :

Première rencontre avec les alpes japonaises: Nakasendo entre Magome et Tsumago

Situés dans la préfecture de Gifu, Magome et Tsumago sont deux villages de l’époque Edo (1063-1863) qui ont été totalement restaurés. Ils sont des étapes de la Nakasendo, une des cinq route qui reliaient Tokyo à Kyoto. Egalement appelée Kisokaidō, on l’a surnommait « le route qui traverse les montagnes centrales », c’est donc le bon choix pour contempler les Alpes Japonaises.

Je vous conseille vivement de marcher dans le sens Magome>Tsumago et non l’inverse, tout est une question de pente dans le bon sens pour préserver nos jambes ! Car même si ca monte un peu, faites-moi confiance, dans ce sens, ce sera plus abordable.

Le JR Pass vous sera encore une fois utile pour parcourir le Japon.

A partir de Tokyo, il faut 4h de transport pour rejoindre notre étape. Il y a plusieurs façon de s’y rendre, soit avec le Shinkensen et ensuite le bus, ou prendre le JR bus Kanto tout le long, ou encore la ligne Shinjuku Expressway Bus Terminal. Google Maps et Hyperdia sont les meilleurs alliés pour choisir l’option la meilleure en fonction de votre emplacement et des horaires que vous souhaitez.

Une fois sur place, vous arrivez dans le village relais de Magome-juku, assez touristique au premier abord, vous verrez que le monde se dilue au fur et à mesure de votre avancée.

Même s’il y a du monde, la beauté du lieu ne vous décevra pas. N’oubliez pas de vous arrêter au bureau de poste pour acheter la Gotochi Card de la préfecture de Gifu !

C’est le début d’une marche où vous en prendrez plein les yeux lors de cette petite randonnée. Les Alpes Japonaises tiennent promesses, les érables et les ginkos étaient au top de leur changement de couleur. C’est absolument magnifique, les couleurs sont tellement éclatantes qu’on pourrait se demander si je n’aurai pas eu la main lourde sur la saturation des couleurs en post prod. Je vous assure que non, les filtres sont totalement inutiles ici.

Le chemin fait environ 7 km, sur la route vous verrez des cloches à faire retentir pour éloigner les ours (oui oui, ce n’est pas une blague), des bambous au milieu de la forêt, une maison de thé pour faire une pause. Le thé a un tarif libre, c’est en fait gratuit, mais vous pouvez laisser une pièce et il y a aussi un tampon à collectionner à l’intérieur.

Une fois arrivé à Tsumago, on découvre un autre village authentique avec des petites boutiques d’artisanat. Je me suis offert des reposes baguette en bois, avec un motif de feuille d’érable réalisé en marqueterie. Un travail fin, délicat et technique. La fin de la journée est déjà là, et on rejoint le parking des bus pour retrouver notre navette qui nous emmènera à notre Ryokan dans les montagnes. Un article arrive avec tous les hébergements que j’ai testé et que je vous conseille.

La montagne nipponne derrière la vitre du train, entre Nagiso et Takayama

Le voyage est une immersion. Pour cela les lignes petites lignes ferroviaires est une façon d’entrer un peu plus dans le quotidien de ces personnes qui vivent à l’autre bout du monde. Pour poursuivre la découverte des alpes japonaises, nous avons nous rendons à Takayama en train, avec pas mal de changement. C’est un vrai plaisir pour moi, de voir les gens monter et descendre du train. Les voir les maisons défiler sous mes yeux. De voir l’écolière en uniforme manger son goûter.

La ville dans les montagnes, Takayama 高山

Le kanji 山 »yama » signifie « montage ». Cette ville est certes touristiques mais possède un quartier ancien très bien préservé. A l’image de Kyoto, on peut découvrir une « old town » avec les maisons en bois d’époque. Je vous conseille d’ailleurs d’y déambuler, vous pourriez trouver des boutiques et des restaurants très sympas.

Je garde d’ailleurs d’un excellent souvenir d’une soirée en particulier, où j’ai mangé les meilleurs sobas de ma vie.

C’est d’ailleurs la première fois que je voyais une racine de wasabi à râper moi-même, c’était tellement bon. Les soba sont froids et placés dans un bol à part et on les trempe au fur et à mesure dans le bouillon chaud. Je crois même que je préfère ça aux ramens !

L’immanquable Hida No Sato Folk Village, la reconstitution d’un village traditionnel japonais au coeur de la montagne

Petit frère moins fréquenté de Shirakawa-go 白川郷, Hida No Sato est un petit bijou à ne pas rater si vous passez pas là. Il est très facile de se rendre à Hida No Sato, un bus au départ de Takayama vous y emmène en 50 minutes.

Crée en 1971, la carte postale est parfaite, ces maisons traditionnelles aux toits de chaume, de style gassho-zukuri, méritent le détour. Le travail de menuiserie, la répartition des pièces, la reconstitution des extérieurs offrent une immersion dans le Japon des années 1800 très réussie.

A la fin de cette escapade, nous rentrons à Tokyo. Ce itinéraire est parfait pour les séjours de 10 jours. Cela permet de garder des journées disponibles pour visiter Tokyo ou un autre ville. Si cet itinéraire t’as plu, n’hésitez pas à me laisser un commentaire sous cet article, c’est pour moi la meilleure récompense que je puisse avoir.

Matane !

Voyagez en illimité à l’intérieur du Japon avec le JR Pass

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Instagram